Warsaw 22.2 ºC
Nous contacter

Peinture Kulczycki

Jerzy Franciszek Kulczycki (1640-1694), interprète et traducteur du  turque pour la Compagnie Commerciale d’Orient, est à l’origine d’une page d’histoire, écrite en Pologne et en Autriche, comme l’héroïque messager s’échappant de Vienne encerclé en 1683 et comme fondateur du premier café !

Messager lors du siège de Vienne en 1683.

Comme en témoignent des documents historiques, Kulczycki se considérait « Polonais de naissance », car natif de « la ville libre de Sambor, sous administration polonaise ». On sait peu de la jeunesse de Kulczycki, si ce n’est qu’il a rejoint Vienne en provenance de Sibérie. À  part parler le turque, il parlait le hongrois. C’est la raison pour laquelle il travaillait comme traducteur auprès de l’association de commerçants viennois faisant commerce avec l’Orient. Lors du siège de la capitale impériale, qui a débuté en juillet 1683, après des combats qui ont duré 5 semaines, en accord avec le bourgmestre et le commandant militaire, le comte Starhemberg, il s’est déguisé en soldat turc et a quitté la ville encerclée pour demander de l’aide. Il traverse sans problème les lignes ennemies pour arriver en fin de soirée du 15 août auprès du Prince de Lorraine Charles V, pour ensuite faire le chemin inverse avec une réponse écrite. Cette action lui valut les honneurs, il devint riche, recevant la citoyenneté viennoise, un terrain pour construire une maison, sur l’emplacement du petit palais actuel de l’évêque. Il fût par la suite nommé traducteur turque au service de l’empereur. L’empereur Léopold décréta dans la foulée qu’il était exempt de payer des impôts pendant 20 ans et libre de choisir un métier.

Nourriture pour chameaux ou … grains de café ?

Le Roi Jan III Sobieski a voulu récompenser le messager en lui permettant de choisir parmi plusieurs butins de guerre. A la surprise générale Kulczycki n’était pas intéressé par l’or, ni les rouleaux de soie, il demanda environ 300-500 sacs contenant des graines de café à la place. Il avait par ailleurs beaucoup de chance qu’on ne les avait tout simplement pas jetés, car tout le monde croyait que c’était de la nourriture pour chameaux. Les turques étaient les premiers à torréfier le café et à le rendre populaire. Istanbul comptait au 17-ième siècle pas moins de 600 cafés et la consommation de café atteignait les 1000 tonnes de graines de café par an. Il était par ailleurs parfaitement normal que les turques emportaient une provision de café pendant les campagnes militaires.

Premier café à Vienne « A l’ombre de la bouteille bleue ».

Kulczycki a fait bon usage des sacs de graines de café en ouvrant le premier café viennois au Domgasse 6. Au début, cette boisson au goût amer n’était franchement pas un succès. Cela changea lorsque le Polonais rusé y ajouta du miel et de la crème. L’histoire raconte que Kulczycki servait la tasse de café enveloppée d’une étoffe et accompagnée de biscuits de la forme d’une demi-lune. Le café avait ses partisans, mais aussi ses détracteurs, comme le Prince Saint-Simone, qui comparait le breuvage à de la boue. Après un an, Kulczycki ouvrit un second établissement à la Stephansplatz de Vienne, dans la « Maison des polisseurs ». Son troisième établissement, toujours en activité, est la célèbre « A l’ombre de la bouteille bleue ». Vienne devint ainsi au fil des années la capitale mondiale du café et notre compatriote le protecteur de ces cafés.

Les anciens portraits de Kulczycki le représentent toujours drapé de tissus orientaux, une licorne à la main et un sac pendant à sa taille. Les habitants de Vienne étaient dès le 19-ième siècle au courant de ses mérites en nommant une des rues de la ville de son nom. Malgré le fait qu’il mourut jeune, à seulement 52 ans, il contribua notamment à la victoire de Sobieski à Vienne, il popularisa cette boisson extraordinaire qu’est le café, ce pour quoi les gens lui seront éternellement reconnaissant. C’est la raison principale pourquoi on se souvient de lui. On trouve une statue de lui dans sa ville natale Kulczyce ainsi qu’à Vienne, mais aussi depuis 2013 à Lwow, statue inspirée par celle qui se trouve au musée du café à Port Island (Japon).

Alcools en Pologne (nos nalewki, hydromels et autres)Le plus beau restaurant du mondeCocktails, bière artisanale et cuisine raffinée - il y du nouveau à TrivilleVoyage gastronomiqueRestaurants, bars...

Nos ambassadeurs

Je souhaite recevoir la newsletter