1 EUR = 4.36 PLN

Chaque année, en Pologne, on fête mardi gras un jeudi ! Et la tradition est de manger des pączki. Si vous y prenez goût vous n’êtes pas les seuls ; le général de Gaulle en était un grand amateur…

Les pączki, ce sont ces beignets ronds frits, fourrés à la confiture, et nappés de sucre, tout un symbole de la tradition polonaise qui résiste et s’adapte, face à la mode actuelle de manger sain et de courir des marathons tous les mois. Un jour par an, les lieux de travail se remplissent de pączki, open-spaces et salles de réunion sentent tout à coup la friture, certaines rues du centre sont bloquées par des files de gens dignes de l’époque communiste. Les femmes s’exclament dès le lundi qu’elles n’en peuvent plus d’attendre (« Nie mogę się doczekać !! »), et les hommes se promettent qu’ils vont battre leur record de l’année dernière. C’était quatorze ou quinze ? Cependant, le sujet qui nous occupe aujourd’hui n’est pas le décompte des calories, mais plutôt un amateur de pączki invétéré : le général de Gaulle.

Quand la Pologne fut rétablie en novembre 1918, et que ses frontières orientales n’étaient pas clairement définies, l’escalade de la tension avec la jeune Russie soviétique mena à la Guerre polono-bolchévique (février 1919-mars 1921). La Pologne put compter sur la France, qui envoya 400 conseillers militaires dans le cadre de la Mission militaire française en Pologne. Parmi eux, un jeune capitaine ambitieux fuyant la France d’après-guerre par ennui, Charles de Gaulle. Il réalisa deux séjours totalisant 18 mois, et envisagera même de rester en Pologne. Mais il revint finalement en France pour avoir la carrière que l’on sait, la médaille de l'ordre de Virtuti Militari, ainsi qu’un goût prononcé pour la Pologne et ses pączki.

Car pendant son séjour à Varsovie, le capitaine de Gaulle habitait au dessus de la pâtisserie Blikle. Difficile alors de résister! Il devint même ami du couple, dont la femme parlait bien français. Plus tard, le capitaine devenu général, héro de la guerre et président devait faire un déplacement en Pologne, et déclara à la presse française qu’au temps de sa jeunesse, il avait habité au dessus d’une pâtisserie dont il aimait beaucoup les produits. L’ambassadeur de France invita les Blikle au banquet du château de Wilanów, et en plus des pączki ils confectionneront un gâteau spécial qu’on peut toujours acheter aujourd’hui, le Generalski.

Pendant les deux années suivantes, la valise diplomatique française transporta parfois des pączki vers la France. Nous n’avons pas vérifié s’il y a des traces de gras sur les documents confidentiels d’époque, mais une chose est sûre : aujourd’hui, quand on se trouve place Charles de Gaulle à Varsovie, et qu’on contemple la statue du Général marchant à grands pas vers le Nord, on comprend tout. Tournant le dos au bâtiment de l’ancien parti communiste qui devint ensuite la bourse de Varsovie, le "Grand Charles" fuit et fonce vers Blikle pour se gaver de pączki, tout simplement !

Vous trouverez une recette des pączki en cliquant sur le lien : Paczki - beignets polonais

source : lepetitjournal.com/Varsovie

PRÉPAREZ VOTRE SÉJOUR

Planifier un voyage
Combien de personnes?
1
Pour combien de temps?
2 jours

Je souhaite recevoir la newsletter